28/03/2013

Deux jours dans le paradis blanc.

Je crois que l'on peut nommer ça " addiction" mais ce n'est pas grave tant il est vrai que je ne peux me passer de la montagne.
Février de cette année, mon vieux pote Sam me suggère une petite sortie au alentours de l'Eiger . Nous voilà donc le nez dans la carte de la région, supputant déjà tous les cadrages que l'on pourra effectuer dans cette région magnifique. Comme une seule journée sur le site nous paraissait bien courte, et que, de plus, pour jouir des éclairages du soir et du matin, il nous semblait indispensable de rester sur place d'où la décision d'un bivouac sur l'arête du First, Sommet faisant face à quelques uns des grands seigneurs de l'endroit. Sacs chargés,skis et peaux aux pieds,nous voilà partis pour une belle randonnée nous amenant  à un endroit repéré sur la carte et qui présentait les avantages de la situation que nous recherchions ainsi qu'une petite plate forme pour monter la tente.
Une fois installés,nous avons suivis le file de l'arête pour trouver les meilleurs points de vue depuis lesquels nous pourrions prendre les plus belles images.Il ne nous restaient plus qu'à attendre les couleurs du couchant pour remplir nos cartes mémoires.Petites descente à la frontale jusqu'au camp , thé chaud sur le petit réchaud, et nous voilà parés pour une nuit sur cette arête splendide. Trois heures du matin sensation bizarre sur le visage! la toile de la tente formant une poche gonfflée de vent s'appuie sur mon visage .Température du moment -22degrés.Coup d'oeil à mon voisin il

 

est réveillé. Bon que se passe-t-il ? Une petite tempête de foehn est en train de mettre à mal notre fragile abris ! Pas de panique , la tente est normalement prévue pour ça. Elle va tenir et nous protéger jusqu'aux premières lueurs de l'aube qui nous verrons sortir de nos sacs de couchage pour vite rejoindre les endroits de la veille et fixer dans nos boîtier les lumières du lever de soleil.
Une longue et belle descente dans un mètre de poudreuse vierge et nous voilà à Grindelwald devant ce qui devient une tradition avec mon pote, j'ai nommer la fondue.
Heureux !!! Bien dans nos têtes , sereins, détendus, nous pouvons prendre le chemin du retour les yeux pleins de belles images...
 

17:04 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.