24/12/2013

Quand l'enthousiasme l'emporte sur la raison...

_DSC0036 copie.jpg

_DSC0031 copie.jpg

_DSC0028 copie.jpg

_DSC0024 copie.jpg

_DSC0022 copie.jpg

Montagne, photo, animaux sauvages tout trois réunis en une seule passion mais ...ATTENTION ! Le danger guette.

Dimanche passé, mes pas m'ont guidés dans le massif de la Gummfluh. Cette chaîne qui domine la vallée de l'Etivaz et fait frontière en Vaud et Berne m'attire depuis quelques temps par sa beauté et surtout par son côté sauvage et très peu fréquenté. Comme l'hiver n'a que peu laissé sa trace, c'est à pieds que je me suis engagé dans la face Nord de ce sommet, laissant dans la voiture les skis peaux de phoques et autres crampons. Peu de difficulté dans cette montée à part quelques passages gelés facilement négociables. Arrivé sur la première crête, l'oreille attirée par le sifflement caractéristique du bouquetin, je découvre dans le couloir quelques mètres plus bas une mère et son petit qui fuient ma présence. Repli sous la crête que je longe jusqu'à son sommet et là cette une famille de trois adultes qui s'offre à mon regard. Il faut que je me trouve un petit endroit pour préparer mon attirail photo mais dans ce genre de relief il est indispensable de se contenter de peu. Calé dans une petite fissure de l'arête, je sangle mon sac à une cuisse et je passe la courroie de mon Nikon autour du cou avant de l'extraire de son abri. Je profite de l'instant et déclenche alors que la petite troupe franchit déjà le couloir. Très beau moment intense que je compte bien prolonger en suivant les bouquetins dans le prochain couloir que je devine derrière eux. Ranger au plus vite le matos, enfiler la softshell et les gants, je me lance à la poursuite du trio en passant à mon tour la crête d'en face pour me retrouver dans un autre couloir au sommet duquel je repère mes bouquetins. Sans y réfléchir, je m'engage sur le névé et là tout va très vite. Sans crampons sur la croûte gelée je part dans une glissade que je peux interrompre 100 mètres plus bas juste avent le grand saut. OUF!!!! Plus de peur que de mal mais là je vais prendre un petit moment pour me remettre les idées en place. Il m'aura fallut plus de quatre heures pour me sortir de ce guêpier et quand enfin je rejoins ma voiture je me sens un peu ridicule de n'avoir pas su prendre les précautions d'usage dans la pratique de la montagne en solitaire. Ceci dit, j'ai quand même cinq images pas trop mal...

11:05 Publié dans Images, Nature | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.